TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

« À corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l’ensemble de la terre »

Mercredi 29 Avril 2020

Normandie Challenge. Les chroniques de Paul Astolfi.


C’est l’un des éléments du message écrit, faisant allégeance à l’état islamique, laissé par Youssef T., un Français de 29 ans résidant à la cité Audra à Colombes 92, impliqué dans une attaque terroriste contre la police à Colombes ce lundi 27 avril 2020.
Le Parquet national antiterroriste s’est saisi de l’affaire, le délit terroriste étant caractérisé. Il résume les principaux éléments dans son communiqué de presse du 28/04/2020 (annexé à notre article). Il est significatif, à la lecture de ce communiqué de prendre en compte les éléments connus de cette affaire. Le suspect est Français. Il est inconnu des services de renseignements pour radicalisme. Un examen psychiatrique conclut « à l’absence d’abolition ou d’altération du discernement du mis en cause ». Son allégeance à l’état islamique et à la charia sont clairement revendiqués.
 
La pénétration de l’islam fondamentaliste en France
C’est ainsi qu’une cinquième colonne atteste de la pénétration de l’islam radical en France, pratique des actes terroristes meurtriers et revendiquant notre destruction. Notre période de confinement sanitaire qui mobilise toutes les énergies de la nation pour la combattre et pour organiser la reprise de notre vie économique et sociale n’avait pas besoin de ce rappel inquiétant et déstabilisateur. La posture Vigipirate qui s’impose à nous est bien en vigueur, même si elle a été reléguée hors de notre champ de préoccupation actuel et de notre vigilance qui ne doit pas se laisser surprendre. Le dispositif Vigipirate « Automne Hiver 2019 – printemps 2020 » est activé du 18 octobre 2019 au 14 mai 2020 sur l’ensemble du territoire national et maintenu au niveau d’alerte « Sécurité renforcée – Risque attentat ».
Si nous avons à l’esprit que cette sécurisation s’applique pour l’essentiel aux aspects les plus visibles et emblématiques que sont les grands espaces de commerce, les lieux de rassemblement, les lieux de culte, les sites touristiques, les transports publics de personnes et la sécurité des grands événements, sportifs, culturels ou commémoratifs, il se pourrait que nous ayons sorti Vigipirate de notre esprit. Et tout aussi normalement, comme les fois précédentes le terrorisme se rappelle à nous, parce que l’idéologie qui l’anime ne baisse jamais les bras et qu’il ne nous laissera pas de répit et moins encore de rémission.
 
Revenir à une stricte application du plan Vigipirate
Il est grand temps d’y penser et de revenir, en appliquant le plan Vigipirate en vigueur, à une stricte observation des mesures de sécurité des enfants, écoles, collèges, lycées qui vont progressivement reprendre le chemin de l’école.Trois circulaires ont défini le dispositif à mettre en œuvre au sein des académies et notamment les mesures de sécurité à déployer dans les écoles et les établissements scolaires (circulaire 2015-206 du 25 novembre 2015 relative aux mesures de sécurité dans les écoles et les établissements scolaires après les attentats du 13 novembre 2015, instruction du 22 décembre 2015 relative à la protection des espaces scolaires et instruction du 29 juillet 2016 relative aux mesures de sécurité dans les écoles et les établissements scolaires).

Vigilance et solidarité nationale
La même solidarité nationale qui s’est exprimée dans la lutte contre Covid-19 exige d’être poursuivie pour renforcer ce dispositif en soulignant tout particulièrement l'exigence d'une approche partenariale associant les structures relevant de l'Éducation nationale (écoles et établissements scolaires, directions départementales, académies), les services en charge de la sécurité placés sous l'autorité du préfet et les collectivités gestionnaires des établissements, Mairies, Départements, Régions. Au-delà de cette exigence, la réponse à la menace d'actes terroristes ou d'attaques armées implique de manière permanente l'ensemble des personnels - quels que soient leur statut et leurs fonctions - à la fois directement et via leurs représentants et les instances auxquelles ils participent, ainsi que les élèves eux-mêmes - selon des modalités adaptées à leur âge - et l'ensemble de la communauté éducative (parents, associations partenaires, etc.). Pendant cette période de confinement, il est à craindre que ces réseaux terroristes clandestins se sont organisés pour tenter de nous frapper sous de formes renouvelées dans le but revendiqué de tuer en raison uniquement de nos valeurs et de notre mode de vie.
Toutes les garanties de sécurité et pas seulement sanitaires devront donc être garanties pour nos enfants appelés à reprendre le chemin de l’école à partie du 11 mai, tel qu’annoncé par les autorités.
 
Paul Astolfi


« À corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l’ensemble de la terre »
La Rédaction