TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

La "sociale écologie", déchirure de la ville de Rouen

Mercredi 17 Février 2021

Normandie Challenge. Les chroniques de Paul Astolfi.


Prise dans le tourbillon d'une nouvelle équipe municipale Socialiste-EELV-PCF mal élue, la ville de Rouen devient de plus en plus déconnectée de la réalité, de son rôle et de sa mission de Chef-lieu du Département de la Seine Maritime et de Chef-lieu de la région Normandie. Avec un taux d'abstention de plus de 70 % au second tour de l'élection municipale, en augmentation de plus de 8 % par rapport au premier tour, M. Mayer-Rossignol, le Nouveau Maire de Rouen a dû se contenter de 10 889 voix sur 56 606 électeurs inscrits pour être élu. Ce résultat inconfortable, et qui durera à n'en pas douter sur les six années du mandat, est accentué par une emprise D'EELV sur la gouvernance municipale conduisant à un isolement de la ville avec le Préfet, comme avec le Département de la Seine-Maritime et avec la Région Normandie.
Il faut prendre en compte également des électeurs Rouennais de la droite et du centre, qui avec un raisonnement subtil et de haut niveau ont voté pour le Nouveau Maire de Rouen, faisant le calcul d'empêcher EELV d'arriver en tête et de rafler la mise. Ils en paient aujourd'hui le résultat cash et le font payer hélas à la Ville de Rouen…

Rouen, les renoncements, la déconnexion et l'isolement en prélude à la déconfiture

En effet sous la pression des gardes rouges de la "sociale écologie" ce début de mandat affiche le renoncement, l'isolement et la déconnexion du réel pour la ville de Rouen. Nos idéologues Rouennais, déboutés sur toute la ligne par le Conseil d'État pour l'aménagement routier à l'Est de Rouen, viennent de prendre un gadin devant le Tribunal administratif à qui ils demandaient de ne pas autoriser le redémarrage de l'entreprise Lubrizol. Les contestataires-agitateurs-écologiques du monde d'après punitif voulaient se parer de la respectabilité d'un jugement en leur faveur. Le réel, le bon sens et le droit les rappellent à l'ordre et en envoient le signe aux Rouennais. Il leur appartient de s'en saisir et d'en faire leur profit.

La préfecture de la Seine-Maritime nous éclaire avec le communiqué qu'elle a publié le 17 février relatif au jugement du Tribunal administratif dans l'affaire Lubrizol.

 

REJET DU RECOURS PAR LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE L’ASSOCIATION ROUEN RESPIRE ET D’EUROPE-ECOLOGIE-LES-VERTS
LUBRIZOL

Par jugements du 4 février 2021, le Tribunal administratif de Rouen a admis qu'il n'y avait pas lieu de statuer sur trois recours dirigés contre des arrêtés préfectoraux autorisant les activités de la société Lubrizol : 

  • recours de l'association Rouen Respire et d'Europe-Ecologie-Les-Verts contre l'arrêté d'autorisation du 24 juillet 2019,
  • recours de l'association Rouen Respire contre l'arrêté autorisant une reprise partielle d'activité du 13 décembre 2019.

Par ces jugements, le Tribunal administratif reprend la position déjà exprimée dans une décision du Conseil d’État du 15 décembre 2020, selon laquelle l'intervention d'un nouvel arrêté d'autorisation du 15 juillet 2020, abrogeant les arrêtés des 24 juillet et 13 décembre 2019, prive d'objet les contentieux qui avaient été introduits contre ces précédents arrêtés.
Le Tribunal administratif reste saisi d'un recours de l'association Rouen Respire contre l'arrêté du 15 juillet 2020, reçu en fin d'année 2020.

La Rédaction