TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

Régionales 2021 : la liste UDI manque de saveur…

Lundi 15 Février 2021

Régionales 2021 : bienvenue au Far-West !
cette série d’émissions, consacrées aux têtes de liste qui prétendront occuper le siège de la Présidence à l’Abbaye aux Dames, pour les 5 prochaines années.
Volontairement flingueuse et irrespectueuse, cette chronique ne s’en veut pas moins exacte, factuelle – les faits, rien que les faits ! – et uniquement focalisée sur la Normandie et ses intérêts. On peut être un bon élu à Paris, à Bruxelles ou même dans une mairie ou un département normand et être un très mauvais candidat pour notre région, voire un candidat nocif.
Notre credo, c’est la Normandie. Nous sommes partisans, et à ce titre, on se régale dans les embuscades !



Nathalie Goulet est la première candidate déclarée pour les élections régionales de 2021 en Normandie, sous les couleurs blafardes de l’UDI. C'est donc elle qui inaugure cette série d’émissions, consacrées aux têtes de liste qui prétendront occuper le siège de la Présidence à l’Abbaye aux Dames, pour les 5 prochaines années.

Volontairement flingueuse et irrespectueuse, cette chronique ne s’en veut pas moins exacte, factuelle – les faits, rien que les faits ! – et uniquement focalisée sur la Normandie et ses intérêts. On peut être un bon élu à Paris, à Bruxelles ou même dans une mairie ou un département normand et être un très mauvais candidat pour notre région, voire un candidat nocif.
Notre credo, c’est la Normandie. Nous sommes partisans, et à ce titre, on se régale dans les embuscades !


La candidate

Nathalie Milsztein, épouse Goulet, est née en 1958 à Boulogne-Billancourt. Elle a deux enfants, qui vivent aux États-Unis. Elle confie s'habiller « en Prada, comme le diable », posséder un tapis persan et trois iPhone, « ses meilleurs amis pour rester connectée. » Sur l'écran de l'un d'eux, le chanteur Charles Aznavour : « Le grand amour de sa vie ».
Nathalie Goulet sait d'ailleurs cultiver son capital séduction, entre alimentation végétarienne, jeûne thérapeutique et pratique acharnée du sport.
Elle le confesse volontiers, « l'idée de vieillir l'insupporte ! »
C’est une battante. Depuis toujours.

Après des études de droit et un premier prix au concours général de droit civil, s’il vous plaît, Nathalie Milsztein devient avocate au barreau de Paris. Mais elle est radiée en janvier 2000 par le conseil de l'ordre de Paris pour des manquements graves à la déontologie du métier d'avocat, une décision confirmée en appel en 2006. Décision plutôt rare dans le monde feutré de la Justice. Qu’à cela ne tienne, elle dépose un pourvoi en cassation et elle est réinscrite au Barreau de Paris en 2011. C’est rarissime.

Compagne du sénateur RPR de l'Orne, Daniel Goulet, elle devient son assistante parlementaire en 1999, avant d'être sa suppléante à partir du 23 septembre 2001. Elle l'épouse en 2004.
Le 19 février 2007, au cours d'une mission parlementaire au Moyen-Orient, Daniel Goulet fait une attaque cérébrale et meurt le 25 à l'hôpital Cheikh-Khalifa d'Abou Dabi aux Émirats arabes unis. La rumeur enfle, on l'accuse plus ou moins à mots couverts, voire carrément à voix haute, de l'avoir assassiné pour récupérer son siège au sénat ! À la suite d'une plainte contre X, déposée en avril 2007 par les deux filles du Sénateur, l'enquête retient la mort naturelle par AVC et se conclut par un non-lieu en décembre 2008.

Elle a balayé toutes ces épreuves qui en auraient abattu plus d’un – ce n’est pas François Fillon, terrassé par une histoire de costume, qui nous contredira — et elle a fait condamner tous ses détracteurs ou obtenu des non-lieux. Le journal Le Point et Frantz-Olivier Giesbert s’en souviennent encore.
Plus récemment, elle a aussi obtenu de la justice que les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot soient condamnés pour leur livre Nos très chers émirs. Ils mettaient en avant, dans leur ouvrage, des demandes répétées de Nathalie Goulet aux pétromonarchies du Golfe pour obtenir des financements ou des cadeaux. Là aussi fait assez rare, outre les quatre chefs de diffamation retenus contre eux, ils ont eu l’obligation de retirer les passages incriminés, des rééditions éventuelles du livre.

C’est une femme, elle est déterminée, efficace et tenace : bref, elle emmerde du monde. Ses scores aux élections sénatoriales dans l’Orne la légitimisent sans l’ombre d’un concurrent, comme l’une des deux sénateurs de l’Orne… 60,37 % en 2011 au second tour, 58,20 % en 2017, dès le premier tour, s’il vous plaît !

Ce ne sont pas ses amitiés sulfureuses avec des pays qui font fi des droits de l’Homme et de la condition de la femme ou des minorités sexuelles, comme les Émirats Arabes Unis et l’Azerbaïdjan, que nous retiendrons de son activité parlementaire. On peut même dire que cela fait désordre. De plus, être la première, dès le premier jour et le premier obus tombé sur le Haut-Karabagh, à défendre mordicus, l’invasion sauvage de l’Arménie par l’armée azerbaïdjanaise et ses milices islamiques supplétives, n’est pas à son honneur.
Les scènes de décapitation de civils et de soldats arméniens vont faire tache au Forum Mondial de la Paix normand, si elle devenait présidente de la Région Normandie…

Non, ce que l'on peut retenir, c’est son action courageuse sur des sujets épineux, voire risqués, et parfois même au point de mettre son intégrité physique en danger.
Il en est ainsi de la lutte contre le terrorisme : elle est, depuis octobre 2014, présidente de la commission d'enquête « sur l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe ».
Fin 2015, Nathalie Goulet est à l’initiative d’une mission d’information du Sénat « sur l'organisation, la place et le financement de l'Islam en France et de ses lieux de culte » dans laquelle elle est nommée rapporteur, en octobre de la même année. Elle est aussi membre de la Commission d'enquête sénatoriale sur l'évasion des capitaux et des actifs hors de France et ses incidences fiscales depuis 2012.
Elle est vice-présidente de la Commission d'enquête sur le rôle des banques et des acteurs financiers dans l'évasion des capitaux créée après à l’affaire Cahuzac en 2013.
En 2014, elle s’investit également dans une campagne dénonçant le sort réservé à l’enclave palestinienne de Gaza, dévoilant le blocus et la famine orchestrée par Israël. Ce qui lui vaudra bien sûr d’être accusé d’antisémitisme par tous les lobbys sionistes de la planète… alors qu’elle est, elle-même, fille d’un Français juif, raflé au Vel d’Hiv en 1942, déporté et survivant.

On le voit, Nathalie Goulet sait se choisir des ennemis puissants et dangereux, et mène des combats de longue haleine.
Revers de la médaille, si Nathalie Goulet est une sénatrice française de choc, c’est aussi, il faut bien le reconnaître, une sénatrice normande… fantôme.
Le bilan normand de Nathalie Goulet se limite à une défense plutôt malvenue de la réforme de l'AOC du camembert de Normandie qui est heureusement tombée à l'eau… puisque faut-il le rappeler, un vrai camembert doit être moulé à la louche et affiné en Normandie à partir du lait cru issu de vaches de race normande ayant brouté l'herbe ou le foin d'un pré situé en Normandie. Et il devrait en être de même des candidats aux élections régionales.
Car cette absence de centres d’intérêt normands au Sénat pose problème quand on sollicite les suffrages des Normands pour diriger la Normandie. 

Le programme : un régime minceur, tant il est léger !

Du programme de Nathalie Goulet, on ne sait pour l’instant que deux choses. Il tient dans une boîte de fromage et il est entièrement consacré à la sécurité… qui n’est en rien une compétence régionale !
Vouloir transposer son action du Sénat à la Région ne constitue pas un programme électoral ! On voit d’ailleurs transparaître sur le site de campagne de Nathalie Goulet, une méconnaissance totale de l’institution régionale
De la dizaine de CV qui y figurent – rappelons au passage qu’il faut quand même trouver près de 120 colistiers, et qu’il y aurait moins de 100 adhérents UDI en Normandie – de la dizaine de ces CV donc, aucun n’a l’expérience ne serait-ce que d’un mandat de Conseiller Régional. C’est très léger et quelque peu présomptueux…

La démarche est visiblement teintée du préjugé négatif localiste des partisans des départements et des communes qui ont le Sénat comme caisse de résonance naturelle puisque ces élus locaux sont les "grands électeurs" des sénateurs.
Nathalie Goulet est membre de cette institution, et de fait porte-parole de ces esprits chagrins qui se méfient de tout progrès de l'institution régionale.
Depuis le vote de la loi NOTRe de 2015 qui confie aux conseils régionaux l'essentiel des compétences permettant le développement territorial, économique ou l'attractivité, ces partisans "localistes" ne désarment pas. En Normandie, leur chef de file attitré est Jean-Léonce Dupont le président… UDI – ah tient, encore un ! - du département du Calvados.
Il paraît évident qu'en l'état du débat actuel, la candidature de Nathalie Goulet à la présidence de la Normandie peut s'apparenter à une candidature de neutralisation du conseil régional pour éviter de renforcer l'option régionale sinon régionaliste normande qui est actuellement poursuivi non sans succès par l'actuelle majorité emmenée par Hervé Morin.

Pour preuve, l’absence quasi-totale d’analyse de la politique régionale menée depuis 5 ans par l’équipe sortante. Pas un chiffre, pas un bilan, pas un mot des politiques régionales. Le programme tient en exactement 5 lignes sur son site de campagne ! Quid de l’aménagement du territoire, de la culture, du patrimoine, de l’identité normande, du tourisme, de la pêche, de l’agriculture, des forêts, du développement économique, de l’enseignement supérieur, des lycées, de la filière équine, du numérique, de la formation, de l’emploi, de la santé, du sport, des ports, des transports ?… 
Comme si depuis la réunification, strictement rien n’avait été fait. Comme si, de toute cette liste, aucune compétence n’était du ressort de la Région…
C'est trop facile, totalement faux, et on l'aura compris purement politicien…

Du coup, deux idées nous viennent à l’esprit.
La première, c’est que Nathalie Goulet aimerait se faire une place au soleil au sein de la future majorité régionale et qu’elle fait monter les enchères pour se vendre à qui pourrait lui confier un poste de vice-présidente. Il lui faut donc passer la barre des 5 % et trouver une liste avec qui fusionner au second tour. Pour cela, nul besoin d'un programme, mais d’une bonne campagne médiatique, domaine qu’elle maîtrise parfaitement. Il risque d’y avoir des colistiers fort déçus au lendemain du premier tour quand ils vont s’être couchés élus dans leur tête et se réveiller cocus sous leur couette…

La seconde, c’est que tout cela n’est qu’une pitoyable vengeance politique téléguidée par le Parisien Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI.
Nulle part ailleurs, en France, l’UDI, ne présentera de liste autonome : elle négocie des strapontins auprès de LR ou de LREM, son poids politique étant quasi nul. C’était le jouet de Jean-Louis Borloo, qui l’a cassé en partant électrifier l’Afrique. Il n’y a que la Normandie pour susciter un tel intérêt de la part de l'UDI. La Normandie présidée par Hervé Morin, l'ennemi personnel du sieur Lagarde depuis la scission UDI – Nouveau Centre.
Lagarde, spécialiste des combines politiciennes, est connu des observateurs politiques et des journalistes pour instrumentaliser associations, candidats parasites, subventions et être peu regardant sur les personnes qui le servent. L’homme qui cite du Goebbels, ministre de la propagande du IIIe Reich, dans le texte, reconnaît sans souci mentir quand il en a besoin, et agir au mieux de ses intérêts… Il n’aurait donc aucun scrupule à téléguider une liste centriste pour priver la majorité sortante – de sensibilité centriste, rappelons-le – de 2 ou 3 points, et ainsi faire chuter Hervé Morin et lui interdire un second mandat nécessaire à la consolidation des fondations de la Normandie réunifiée.

Dans les deux cas, les intérêts de la Normandie et des Normands semblent bien secondaires aux yeux de l’UDI et de sa liste couleur violette, qui rappelle plus la vache Milka des montagnes suisses que la Normande de nos près herbeux.
Les Normands méritent quand même un peu plus de considération, et Nathalie Goulet mérite certainement mieux que ce rôle de fromagère flingueuse. Sa détermination, son courage, seraient bien plus profitable à la Normandie sous les ors du Sénat, qu’en tête d'une liste téléguidée.
Dans les faits, sa candidature ne peut ravir que les ennemis de la Normandie et les tyrosémiophiles. Pour les néophytes, un tyrosémiophile c’est un collectionneur d’étiquette de fromages, et un ennemi de la Normandie, c’est quelqu’un qui contribue à sa division, menace son avenir, et se la joue perso.

Dont acte !
CANDIDATURE REFUSÉE !

 
CNO – Central. Le 15 février 2021


La Rédaction