TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

Le verbe et l’action

Jeudi 6 Août 2020

​Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


S’il y a un temps pour parler et un temps pour agir, disons que certains doivent parler, mais d’autres, en plus, doivent agir. Car ces derniers le peuvent de par leur statut d’Élus, donc de détenteurs de moyens d’action, notamment administratifs et financiers.

L’opinion publique – c’est sa nature – s’exprime. Dans le cas de la fermeture – qui ne doit pas être définitive – de la papeterie Chapelle Darblay, nombreux ont fait connaître leur opposition à cette opération de « dégraissage » d’une multinationale qui sacrifie sans vergogne une de ses unités de production les plus performantes et innovatrices. Le Cercle Normand de l’Opinion, dans Répliques Normandes, en date du 30 mars, évoquait le risque de fermeture de la Chapelle Darblay et invoquait, au nom d’une nécessité stratégique à préserver la solution – temporaire sans doute – d’une NATIONALISATION / RÉGIONALISATION plaçant ainsi l’État et la Région devant leurs responsabilités :

  • La nationalisation, c’était la garantie de l’État, garant en tout de l’indépendance nationale.
  • La régionalisation, c’était la protection sociale et environnementale que la Normandie doit réserver à ses habitants, qu’ils soient salariés ou simples citoyens.

Cela faisait écho aux réclamations syndicales et aux demandes des écologistes.

 

On annonçait encore le 16 juin dernier la création « d’une Commission industrielle sous l’égide de la Région et du Préfet chargée de trouver une solution ». Son travail se poursuit, paraît-il, et elle cherche des industriels qui auraient manifesté leur intérêt pour la reprise du site.

Force est de constater que, pour l’instant, l’usine est à l’arrêt et Liberté-Dimanche, le 26 juillet, titrait en Une sur « l’usine fantôme » et consacrait une double page à une visite des installations.

C’est alors que la Métropole de Rouen Normandie et son Président nouvellement élu en appelèrent au nouveau Premier ministre, M. Castex,… en des termes se rapprochant tout à fait du texte du C.N.O. du 30 mars, avec les mêmes arguments…

Le problème, c’est qu’on n’est plus au temps de paroles, il faut maintenant des actes. M. Mayer Rossignol, qui a appartenu à la précédente municipalité de Rouen et qui a été Président de la Région-croupion de « Haute »-Normandie, va-t-il aujourd’hui nous refaire le coup de la fin lamentable de la raffinerie Pétroplus ? La Métropole de Rouen a tout intérêt à la survie de l’usine Chapelle Darblay : elle doit apporter son concours, y compris financier, aux efforts de l’État et de la Région.

 

L’opinion publique restera attentive aux actions CONCRÈTES menées par les protagonistes de ce dossier. Le temps n’est plus pour les différents acteurs aux déclarations ronflantes et lénifiantes. De leur capacité à s’unir pour trouver de VRAIES solutions, l’opinion publique jugera de la bonne volonté et de l’efficacité de ceux qui détiennent le pouvoir

 

C.N.O. Rouen Sud, le 7 août 2020


La Rédaction