TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

La gouvernance de l’établissement public portuaire HaRoPa confisquée par la technostructure de l’État

Lundi 19 Avril 2021

​Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


On se souvient des vifs débats survenus entre Matignon et Hervé Morin, Président de la Région Normandie, sur la gestion des Grands Ports Maritimes de la Basse-Seine. Morin réclamait une véritable autonomie de gestion, à l’instar de ce qui réussit si bien dans les ports belges et hollandais du Northern Range, tandis que les services du Premier ministre d’alors, Édouard Philippe, s’en tenait à une étroite gestion étatisée sous le prétexte que les G.P.M. sont d’envergure nationale.
Morin en fut pour ses frais : ses opposants lui reprochant d’ailleurs de ne pas mettre suffisamment d’huile dans les rouages dans les rapports entre les Régions (il était à ce moment Président des Régions de France) et l’État… Il semble cependant que le Président de la Normandie ait eu raison si l’on en juge par le tollé de protestations soulevé à l’annonce des conditions de la fusion des ports de la Basse Seine qui sera effective le 1er juin 2021.

Que représentent les activités portuaires dans les Régions concernées de Normandie et d’Ile-de-France ? Liées directement à l’industrie, à la logistique, elles sont au centre des compétences économiques et sociales des Régions, autant pour le développement économique que pour les transitions technologiques, numériques et énergétiques. Rien que pour la Normandie, c’est 50 000 emplois directs et indirects et une vocation particulière en termes de formation.
De plus, les deux Régions ont consacré 180 millions d’euros d’investissements pour les ports (contrats de projets 2015 – 2020), auxquels il faut ajouter 40 millions supplémentaires pour la période 2021 – 2022. La Région Normandie s’engage, par exemple, à participer largement au financement de la « chatière » du port du Havre permettant un meilleur accès à l’ensemble fluvial du bassin de la Seine et de ses affluents.
De leur côté, les usagers du port du Havre, regroupés dans l’U.M.E.P., par la voix de Michel Segain, son président, en appellent au Conseil d’État : ils veulent siéger au Conseil de surveillance d’Haropa (cf Paris-Normandie – 30 mars 2021).
Tout cela conduit, en une démarche commune, - il faut le signaler - les Régions Normandie et Ile-de-France, les acteurs économiques rassemblés dans Seine-Port-Union et les CESER des deux Régions, à demander une participation directe à la gouvernance d’HaRoPa, et, bien naturellement, à la gestion de l’Axe Seine.

On attend la réaction gouvernementale. En cas de réponse négative ou évasive, nul doute que cela fera l’objet de prises de position programmatiques pour les prochaines élections régionales.
On doute que le candidat macroniste, Laurent Bonnaterre, puisse reprocher à Hervé Morin, dont il se veut le challenger, son ambition de se débarrasser de la tutelle écrasante de l’État central et de prôner une véritable coopération Etat/collectivités locales et régionales à la hauteur de leurs engagements financiers respectifs.

Cercles C.N.O. du Havre et de Rouen, le 17 avril 2021


La Rédaction