TVNC : Normandie, d'actions et d'infos




Inscription à la newsletter


Publicité

Guillaume le Conquérant

Gilles Pivard a dessiné la vie du Conquérant, façon "Tapisserie de Bayeux".


Un site à découvrir : "Telle une tapisserie ", une vidéo et le tout qui mériterait un livre illustré pour les jeunes et les moins jeunes !
Une belle réalisation de Gilles Pivard.







Partager ce site

Commémorer, c’est assumer toute l’histoire

Samedi 8 Mai 2021

Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


Ce 5 mai 2021, les plus hautes autorités de la Région ont rendu hommage à l’Empereur au pied de la Colonne Napoléon du Val-de-la-Haye, là où fut débarqué le cercueil de l’exilé de Sainte-Hélène pour être transbordé sur un bateau fluvial remontant vers Paris.
Cérémonie sobre et digne qui, bien entendu, a relégué les jérémiades des pourfendeurs de la légende noire de Napoléon Bonaparte au rang de clapotis médiatiques d’une petite caste ignare voulant « déconstruire » notre histoire.

La figure de Napoléon Bonaparte est telle que nous nous dispenserons d’en énumérer les mérites, les défauts, la gloire, l’héritage, le retentissement. Personnage le plus connu de l’histoire de France, notamment à l’étranger, il est trop grand pour être affecté par des critiques anachroniques qui se permettent de le juger selon les critères de notre époque. Laissons les historiens évaluer sa météorique présence dans l’histoire de la France et de l’Europe et arrêtons-nous (trop brièvement) sur un chapitre de l’histoire normande que nous intitulerons : « Napoléon 1er et la Normandie ».
Contrairement aux monarques qui l’ont précédé sur le trône de France, Bonaparte, le Premier consul, et Napoléon 1er, l’Empereur, est venu plusieurs fois en Normandie.
Et pas en voyages d’agrément !

Rouen, Louviers, Cherbourg, entre autres villes, furent des étapes des visites industrieuses du maître de la France d’alors. Visites de manufactures, entretiens avec les notables, élaboration de projets grandioses, comme à Cherbourg où il donne une impulsion décisive à la réalisation de la rade protégée (commencée, faut-il le rappeler, sous Louis XVI) : Napoléon savait impulser, comme il savait choisir ses préfets, dont certains ont laissé leur nom dans les fastes de nos chefs-lieux de département.
D’autres chefs d’État ont depuis visité la Normandie (nous pensons à Napoléon III, à certains Présidents des IIIe, IVe et Ve Républiques) : ils ont suivi la trace de l’Empereur et, comme lui, se sont intéressés à l’économie de la Normandie, au travail des Normands. En cela, on peut dire que Napoléon 1er fut le premier homme d’État moderne sachant évaluer le labeur des hommes et se soucier de l’aménagement du territoire.
Cette fulgurance dura quinze ans et ce, dans un contexte de guerre généralisée, déclenchée, faut-il le dire, par d’autres.

Et l’on s’étonne que nos ancêtres de décembre 1840 soient venus par centaines de milliers pour voir passer à Rouen, puis tout le long de la Seine normande, le bateau fluvial qui ramenait le cercueil de l’Empereur vers sa dernière demeure, l’Hôtel des Invalides, « au bord de la Seine, au milieu du peuple français qu’il avait tant aimé ».

Cercles C.N.O. de Rouen – Rive droite et Rouen - Rive gauche, le 6 mai 2021


La Rédaction